Carburants : Quand est ce qu'on pense aux impacts sur les entreprises ?


Jeudi
08 novembre 2018

Le président de la République s'est exprimé sur Europe 1 le 6 novembre assurant avoir pris la mesure de la grogne. Il a certes annoncé des mesures, mais rien en direction des entreprises...

La Capeb refuse que les entreprises aient à supporter tout ou partie du coût du dispositif de primes pour les salariés, annoncé ce matin par le président de la République. Les entreprises n'ont, en effet, pas vocation à financer les propositions du Gouvernement. Ce serait une double peine pour les entreprises : l'augmentation du prix des carburants qu'elles subissent elles aussi de plein fouet et le défraiement de leurs salariés. Sans compter que ce dispositif créera des tensions au sein des entreprises entre les salariés bénéficiant de la prime et les autres, tout comme le prélèvement à la source en janvier prochain. Les entreprises n'avaient pas besoin de cela !

Les entreprises artisanales du bâtiment participent pourtant pleinement à la politique écologique voulue par les Pouvoirs publics, mais constatent dans le même temps que l'État ne cesse de diminuer les aides aux particuliers (le crédit d'impôt pour la transition énergétique n'étant pas réévalué notamment).

En ce qui concerne la suppression de l'exonération du taux réduit du TICPE (Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) pour le GNR (gazole non routier), la Capeb tient à rappeler, à cette occasion, la demande qu'elle a exprimée dès fin septembre aux Pouvoirs publics d'exclure du champ de cette disposition les entreprises du bâtiment au même titre que les agriculteurs.

La Capeb attend du Gouvernement des réponses à la hauteur du désarroi des entreprises artisanales du bâtiment qui sont contraintes alors qu'elles devraient être accompagnées dans leur démarche écologique.



Partager cet article sur les réseaux sociaux